CONFIDENCE : « Une journée de m… »

 

Aujourd’hui, j’ai passé une sale journée, mais vraiment horrible ; je n’ai jamais été aussi mal alors que tout allait bien les jours précédents.

Je vous écris avec encore cette rage dans le ventre. J’ai même eu envie de hurler toute cette colère, mais je vis dans un appartement et autour, c’est la ville. Même le canal verdoyant de Dinan est souvent prisé par quelques personnes. Impossible d’évacuer cette fureur qui me dévorait et remontait en moi tel un geyser. Je n’ai rien compris.

 

Que s’est-il passé exactement ?

 

Rien. Il ne s’est rien passé du tout. Enfin, rien qui occasionne un tel état de mal-être tout au long de la journée.

J’ai été réveillée à 7h 30 ce matin par la voisine du dessous qui s’activait comme une abeille (les murs sont horriblement mal isolés !). D’autant plus que je suis particulièrement fatiguée ces derniers temps et que j’ai besoin de me reposer. Donc oui, c’est une raison suffisante pour moi d’être de mauvais poil. Sauf que là, ce n’était pas simplement du « mauvais poil », plutôt du poil hérissé comme sous un choc électrique, vous voyez ?

En fait, je n’arrive tout simplement plus à supporter les bruits agressifs autour de moi. Je deviens de plus en plus sensible aux « sons » et cela peut me plonger dans un état profond de stress. Ça, c’est mon canal de la clairaudience qui s’amplifie. Tous ces bruits de voisinage deviennent une véritable torture pour moi. Une agression, ni plus ni moins. Je ne peux plus supporter de vivre dans un appartement.

 

Je me suis donc levée épuisée avec une sensation de ne pas avoir dormi.

Une lourdeur au-dessus de moi toute la journée accompagnée de crise de nerfs sur crise de nerfs, sans comprendre pourquoi.

J’avais l’impression que ces énergies ne m’appartenaient pas. J’en ai eu la confirmation par la suite.

 

Impossible de décolérer. J’avais un sentiment de rancœur et de fureur qui m’empêchait d’y voir clair mentalement et d’entendre la voix de mon Âme. Je ne parvenais même pas à méditer, à me calmer. Je contactais mes Guides mais la connexion semblait… « bouchée ». J’étais en panique totale !

Du coup, j’ai replongé dans mon addiction au sucre alors que je commençais à m’en libérer. L’horreur ! Je savais que mon corps souffrirait – mon foie surtout – mais c’était plus fort que moi.

Saviez-vous que le sucre est considéré comme une drogue dure ? Si, si. Ils mettent des produits toxiques qui nous rendent addicts et, si l’on n’est pas suffisamment fort pour résister à la tentation, on y goûte et on y regoûte, et on y regoûte et… C’est l’escalade ! Le sucre appelle le sucre ! On ne peut plus s’en sortir. Il faut un véritable sevrage pour y parvenir, tout comme une détox pour se libérer des stupéfiants. Je suis furaxe !

 

Bref, je suis passée par toutes les couleurs, toutes les émotions. N’y pouvant plus, je me suis décidée à sortir pour aller marcher dans la Nature, espérant que cela aurait un effet calmant sur cet état dépressif. Mais non, même pas.

Tout au long de ma balade, mes Guides m’envoyaient des signes de leur présence, cherchant à me réconforter, à me faire lâcher prise. Ils savent l’amour que j’ai pour les animaux et m’ont « envoyé » tout d’abord un magnifique chat pour me redonner le sourire.

Ce joli matou se tenait derrière une barrière et me regardait avec des yeux souriants. Je lui ai parlé, lui ai demandé de venir me dire bonjour, mais mon humeur était si maussade qu’il n’a pas daigné se bouger. D’habitude, ça marche. Ça m’a rendue un peu plus morose…

Les animaux – surtout les chats – sont particulièrement sensibles aux énergies. Et celles qui m’entouraient à ce moment-là étaient plutôt explosives !

Puis un chien, qui se promenait avec ses maîtres, s’est dirigé droit sur moi avec une petite balle entre les crocs. Il voulait que je joue avec lui. Ça m’a amusé parce que je n’avais rien fait, cette fois-ci, pour l’attirer vers moi. J’allais me baisser pour satisfaire son désir mais ses maîtres l’ont vite rappelé à l’ordre. Deuxième déception.

Un second chien s’est arrêté juste devant moi pour me réclamer une caresse. Là aussi, aucune tentative de contact de ma part au préalable. Ça m’a touchée. Je me suis baissée pour le câliner, le sourire retrouvé, puis là, j’ai éclaté en sanglots ! Mes Guides avaient visé juste. Seulement, mes larmes n’ont pas duré suffisamment longtemps pour nettoyer toute cette boue intérieure dans laquelle je me noyais…

 

Toute ma journée – mise à part ces trois petits interludes – a été un véritable cauchemar.

C’était comme si un démon s’était réveillé en moi. Je suppliais mes Guides de m’aider mais, bien sûr, ils n’ont rien pu faire. Lorsqu’on se trouve dans un état intérieur de basse fréquence, les Plans Supérieurs de lumière n’ont plus accès à nous, et vice-et-versa. Nous ne pouvons communiquer avec eux, les entendre ou les sentir que lorsque nous nous trouvons dans un état d’Amour, de paix, de joie ou d’humour. Tous ces sentiments, ces émotions positifs sont propices à ces échanges intimes avec eux.

Alors oui, moi aussi j’ai trouvé cela un peu étrange puisque c’est justement dans les moments les plus difficiles émotionnellement que nous avons besoin de leur aide. Je leur en ai d’ailleurs souvent fait la remarque : « Mais mes Guides, c’est lorsque je suis mal que j’ai besoin de vous, parce que je n’arrive plus à gérer toute seule ! ». Bah oui…

Mais l’énergie dans la 5D fonctionne tout autrement.

Pour communiquer avec eux, il faut être sur la même fréquence ! Tout ce que nous risquons d’attirer dans des moments de « bas régime », ce sont des entités négatives qui, elles, se nourrissent de nos émotions les plus basses. Donc, elles les entretiennent, les amplifient !

 

Consciente de cela, j’ai essayé de me recentrer, de respirer, de fermer les yeux, de me calmer pour entrer dans cet état de paix intérieure. Je n’y parvenais pas. Chaque fois une vague d’émotion intense me submergeait et me démontait totalement.

 

 

Il y a des énergies autour de nous qui s’amplifient de plus en plus actuellement ; les bonnes comme les mauvaises (au moment où je vous dis cela, il y a deux hommes qui sont à deux doigts de se frapper dehors en bas de chez moi). Nous pouvons les ressentir parce que nous devenons de plus en plus réceptifs à ces énergies ; c’est-à-dire que nous pouvons nous ressentir les uns les autres – pour les plus sensibles d’entre nous, en tout cas – et capter des émotions, des forces qui ne nous appartiennent pas. C’est pourquoi il devient impératif de se protéger.

Les énergies collectives sont déjà bien assez déstabilisantes pour s’en rajouter une couche supplémentaire qui ne ferait que noircir le tableau.

Trouvez le moyen de respirer, de vous poser, vous reposer, méditer le plus souvent possible dans la journée ; même si ce sont de courts moments. Répétez-les assez souvent. Vous allez créer une couche vibratoire protectrice que vos Guides pourront amplifier à leur tour.

Mais lorsque vous êtes sous l’effet d’une émotion négative, ils ne peuvent pas vous atteindre parce que vous n’êtes pas réceptif.

 

J’entends encore ces deux hommes qui hurlent (je suis à deux doigts d’appeler la gendarmerie car je trouve qu’ils se « frôlent » d’un peu trop près avec des gestes violents !). Voyez comme, plus vous nourrissez une énergie, plus elle s’amplifie. C’est exponentiel. Et ça ne s’arrêtera que lorsque vous l’aurez décidé ou lorsque qu’un drame se produira, vous obligeant à tout lâcher.

Sachez que ces énergies, au cours de cette année, vont encore s’accentuer. Nous devons absolument apprendre à nous recentrer le plus souvent possible pour que, lorsqu’une situation extrême se manifestera – comme celle de tout à l’heure avec ces deux types –, nous puissions facilement nous maîtriser, nous retrouver dans notre sérénité intérieure.

Ne faites pas comme moi aujourd’hui, ou comme ces deux hommes qui cherchaient à crier plus fort que l’autre, ne vous laissez pas entraîner, aspirer par ces émotions destructrices. Soyez maître de la situation et surtout de vous-même. Si vous voyez que vous commencez à descendre dans les bas-fonds de votre monde intérieur, trouvez un moyen de court-circuiter immédiatement le processus d’auto-sabotage.

Soyez plus fort que ces vilains démons qui vous habitent et qui sont nourris par ces égrégores ou ces entités énergétiques négatifs autour de vous. Si vous avez l’impression qu’un tsunami émotionnel vous prend d’un coup sans crier gare, c’est que ça ne vous appartient pas ! Lâchez cela tout de suite et nourrissez-vous de choses qui vous font du bien. Pour ma part, ce sont l’écriture et la créativité qui sont le plus efficaces. Même une simple balade parfois n’a aucun effet, parce que mon mental à tendance à cogiter sévèrement.

Je me suis mise à écrire et, peu de temps après, je ne ressens plus cette tension, cet épuisement et ce sentiment de dépression. Je me suis nourrie d’une force qui a alimenté positivement mon cœur et mon Âme. Et une fois que ces deux parts essentielles de mon Être sont nourries, le reste suit. L’esprit et le corps s’en nourrissent également.

Trouvez ce qui vous convient.

 

 

Lorsque j’ai tiré les cartes cet après-midi pour demander à mon Âme ce dont elle avait vraiment besoin dans l’immédiat, deux cartes sont tombées. Je vous les livre car elles pourront peut-être vous aider à votre tour :

 

 

La première parle d’utiliser son Pouvoir créateur avec une foi inébranlable et la seconde de trouver la paix à l’intérieur de soi grâce à l’Amour. Alors oui je sais, lorsqu’on est dans un état de quiétude ou de joie c’est facile. Mais lorsqu’on est totalement submergé par ses émotions, ressentir de l’amour pour ce qui a créé notre état de désarroi, de rage ou de tristesse, c’est beaucoup plus difficile. Mais pas impossible. Je l’ai déjà expérimenté plusieurs fois avec succès. Il faut entrer dans la peau d’un comédien qui prépare un rôle. Vous faites « comme si » vous étiez dans cet état de joie, de paix, d’Amour, de béatitude, etc. et vous jouez votre rôle. Seulement, à la différence du comédien qui, lui, ne souhaite et ne doit pas se laisser dominer par son personnage, vous, au contraire, vous devez vous laisser totalement immerger dans ce rôle. Vous devez l’incarner dans tout votre Être.

Vous commencez par vous projeter en conscience dans une situation idéale, puis vous plongez dans l’énergie correspondante ; à savoir, la joie si vous voulez être joyeux, la paix si vous souhaitez être serein, etc.

Et il en va de même pour tous les objectifs que vous souhaitez atteindre. Investissez-vous pleinement en « émotions et en sentiments ». C’est ça, la clé de la Loi d’Attraction !

 

 

Voilà, je termine mon message et je me sens beaucoup mieux. J’ai mis à plat ce que je ressentais, ce qui me déstabilisais et à présent que je me suis « vidée », j’ai retrouvé ma quiétude. Même mon mal de tête carabiné, qui a duré toute la journée, s’est calmé, lui aussi.

 

Apprenez à protéger votre énergie, c’est impératif en ce moment.

 

 

Je vous envoie plein de douceur et d’Amour,

Nathalie

 

Nathalie Fargin

Conseillère en psychothérapie et en spiritualité

Capacités de clairsentience et de clairaudience

http://www.imageetguidance.com

 

2 réflexions sur “CONFIDENCE : « Une journée de m… »

Répondre à villierev Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s