Instant de grâce

Parc de Marly

 

Voilà, j’y suis. Le parc de Marly.

Je me suis assise sur l’herbe grasse, en travers d’une pente douce, ai retiré mes chaussures…

Le vent souffle, rafraîchissant, vivifiant, et le ciel, voilé de quelques nappes nuageuses, s’estampe de bleu et  de blanc sous les cris des piverts.

Le soleil est confortable derrière la caresse de ses rayons. Je lui lance un sourire complice…

Autour de moi, l’étendue verdoyante ondule comme un terrain de golfe, supportant la grâce de quelques arbres qui rayonnent leur aura, affirment leur présence.

Je me sens bien.

Les bruits du trafic au loin ne parviennent pas à chasser ma rêverie.

Je me laisse porter par la douceur de l’air, et les arbres devant moi balancent leurs bras généreux. Comme un salut. Comme un accueil bienveillant.

La présence du grand bassin d’eau, quelques mètres plus bas, invite à l’abandon, à la transparence, au recueillement. Les ondes scintillent comme de gracieux miroirs…

Derrière moi, les bois silencieux observent le panorama, secrets, dociles. Ils voudraient m’attirer dans leur univers. Des sentiers semblent s’y enfoncer mais je me tiens là, étendue sur ma couverture vert pomme, au milieu des pissenlits fanés et des fleurs de trèfles désuètes qui gigotent de plaisir. Je suis à ma place. L’herbe me rassure.

Et puis il y a les papillons, bien sûr, tendres et fantasques, qui badinent d’une fleur à l’autre. Tantôt l’un d’eux vient me présenter sa jolie robe de velours, frétillant comme un poisson dans une rivière. Il se réjouit, et moi aussi. Nous échangeons quelques sourires, quelques murmures affectueux entre deux battements d’ailes et de cils.

Comment vous exprimer le réconfort de ce simple plaisir ? La richesse d’un tel moment ne se mesure pas par sa qualité visuelle. Elle existe dans la quiétude qu’elle génère, dans l’abstraction de tout ce qui semble alors inutile. Les soucis, les préoccupations quittent votre cercle vibratoire, s’échappent dans la légèreté de l’atmosphère.

Un tel moment vous reconnecte à l’essentiel, à l’instant présent. Etrangement, tout prend un autre sens, tout s’oriente vers l’essence profonde de ce que vous observez. Car même si vous contemplez au hasard les formes qui plantent ce décor, le hasard finit toujours par vous dévoiler des merveilles. Vous ressentez l’essence d’un arbre, sa présence souveraine, vous captez l’aura savoureuse des fleurs, l’ombre d’une abeille qui virevolte sous vos yeux. Vous voyez de grandes herbes se dresser en une forêt miniature qui dissimule nombre de petits êtres…

Tout ceci émane de votre regard intérieur. A force de plonger dans le paysage, votre sensibilité s’affine. Le temps semble s’arrêter rien que pour vous. Prendre le temps d’un instant. C’est si doux…

Soudain j’aperçois toutes les nuances de vert qui jonchent le sol. Qui pourrait croire qu’un tapis de verdure dissimule tant de fantaisies, sinon l’oeil du peintre ?

Et pourtant…

Depuis mes pieds jusqu’au plus loin du paysage, les verts n’en finissent pas de se métamorphoser. C’est si simple à observer… Mais qu’est-ce que cela m’apporte, en vérité ?

La concentration.

L’appartenance à ce monde par une simple contemplation. La joie de découvrir tout un panel de richesses cachées sous l’apparence d’un décor silencieux, espérant quelques minutes de votre attention.

La Nature est vivante.

Malgré son immobilité trompeuse, comme si un sortilège l’avait enchantée, derrière le calme et la beauté repose une immense sagesse. Si vous prenez le temps de contempler cette vie florissante avec une profonde attention, vous l’entendrez murmurer, parfois chanter. Mais sous cette inertie illusoire est inscrit le plus noble et le plus inspiré des enseignements.

Alors que j’observe le périmètre alentour, l’espace verdoyant semble plongé dans le sommeil. Le parc est vide, seuls quelques joggers arpentent discrètement les allées.

La Nature m’appelle dans son repos méditatif. Je m’y fonds avec grâce, avec gratitude, confiante. Le ciel s’est voilé davantage mais toujours le soleil alimente mon plaisir, nourrit mon esprit et réchauffe mon coeur.

Sur le terrain dansant qui ondule tel des vagues d’émeraude, je me laisse porter par ma rêverie, détachée de mes pensées, détachée du bruit.

J’accueille et recueille le silence de la Nature pour me gorger d’énergie.

Puis je reprendrai ma route, enrichie d’un rêve…

Signature

 

 

L’ANALYSE INTUITIVE (outil de développement personnel)

« Grâce à l’image, je vous aide à apporter un changement positif dans votre vie en vous guidant vers une meilleure compréhension de vous-même. A travers cet outil ludique et interactif, vous allez devoir faire confiance à votre ressenti intuitif car, tel un miroir, l’image absorbe et reconnaît toutes les réponses de votre coeur. Votre Âme vous parle : êtes-vous prêt à « entendre » ses messages ? »

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s